Le Raku

Le Raku

L'origine du Raku

Le Raku est une technique de cuisson de la céramique qui trouve ses origines dans le Japon du XVIe siècle. Initialement développée pour la  cérémonie du thé waki-cha, son nom peut être traduit littéralement par « joie » ou « aisance », et cette philosophie se reflète dans le processus artistique et le résultat final des pièces en raku. 

 

Histoire et philosophie du Raku

La technique du Raku fut mise au point par le céramiste Chōjirō, sous l'influence de Sen no Rikyū, maître de la cérémonie du thé. Les pièces en raku étaient alors appréciées pour leur simplicité et leur rusticité, qui correspondaient à l'esthétique wabi-sabi, célébrant la beauté des choses imparfaites et éphémères.

Avec le temps, la technique du Raku s'est étendue au-delà des frontières japonaises, évoluant et s'adaptant aux goûts et aux techniques locales. Au vingtième siècle, elle connut un regain de popularité en Occident, notamment aux États-Unis, où elle fut adaptée et expérimentée par des artistes céramistes.

 

Le processus de cuisson Raku

La méthode traditionnelle japonaise et la méthode occidentale partagent des principes de base mais présentent quelques différences notables :

La préparation de l'argile :

L'argile utilisée pour le raku doit résister à des changements de température extrêmes. Elle est souvent plus grossière et peut contenir des matières qui permettent une meilleure résistance au choc thermique.

Le raku japonais est traditionnellement fabriqué à partir d'argiles japonaises, qui ont des propriétés différentes des argiles occidentales. Le raku occidental peut être fabriqué à partir de n'importe quelle argile, mais les argiles réfractaires sont généralement utilisées pour obtenir une résistance plus élevée.

La première cuisson :

Les œuvres sont d'abord biscuitées, c'est-à-dire cuites une première fois avant l'émaillage. Le raku japonais est cuit à haute température, entre 1 200 et 1 300 °C, tandis que le raku occidental est cuit à basse température, entre 900 et 1 000 °C.

L'émaillage :

Après la cuisson biscuit, les pièces sont émaillées. Les émaux spéciaux pour raku fondent rapidement et ont une gamme de couleurs et d'effets distincte.

L'émail utilisé pour le raku japonais est traditionnellement un émail transparent, qui laisse apparaître les couleurs de l'argile. Le raku occidental peut être décoré avec une variété d'émaux, comme des émaux opaques, colorés ou à effets métalliques.

La cuisson Raku :

Les pièces émaillées sont ensuite cuites à une température relativement basse pour la céramique, généralement autour de 950 degrés Celsius. Elles sont rapidement chauffées, et une fois que l'émail fond et atteint la température souhaitée, elles sont retirées du four.

Le raku japonais est cuit dans un four traditionnel japonais, appelé anagama. Le raku occidental est cuit dans un four à gaz ou électrique.

La réduction :

Dans la méthode occidentale, cette étape est cruciale. Les pièces sont sorties du four incandescentes et placées dans des contenants métalliques remplis de matériaux combustibles comme des copeaux de bois, du papier ou des feuilles. Lorsqu'ils s'enflamment, le contenant est fermé, provoquant une réaction de réduction due au manque d'oxygène. Cela affecte les émaux et l'argile, créant des effets de couleurs et de textures uniques. 

Le refroidissement :

Après un temps de réduction, les pièces sont souvent immergées dans de l'eau ou laissées à l'air pour refroidir, ce qui « fixe » les effets obtenus.

 

Les caractéristiques du Raku

Les céramiques Raku sont réputées pour leurs finitions uniques. Les surfaces craquelées, les lustres métalliques, les réductions de carbone donnant des noirs intenses et des zones irisées sont autant de signatures de cette technique.

Traditionnellement utilisée pour la fabrication artisanale de bols à thé, le Raku est aujourd'hui pour la création de tasses, vases, sculptures, bijoux...

 

 

Le Raku est bien plus qu'une méthode de cuisson ; il s'agit d'une approche philosophique qui intègre les éléments de surprise et d'unicité. Chaque pièce est le fruit d'une interaction entre le feu, l'air, la terre et l'eau, offrant une expérience inédite et personnelle.

Aujourd'hui, les artistes continuent d'expérimenter avec le Raku, repoussant les limites de cette tradition séculaire et créant des œuvres d'art contemporaines qui dialoguent avec le passé.

Retour au blog

Découvrir les Œuvres

1 de 6